Une merveilleuse histoire du temps

Cet après midi, je suis allé voir Une merveilleuse histoire du temps au ciné et je dois dire que j’ai bien aimé. Ce film traite de l’histoire d’amour entre Stephen Hawkin et sa femme mais aussi de Stephen Hawkin lui même. Pour ceux qui ne connaissent pas Hawkin, il s’agit d’un des plus grand génie du XXème siècle, et il fut très tôt complètement paralysé par une maladie dégénérative. Ce film se suit avec beaucoup de plaisir même si la réalisation manque un peu de souffle et de puissance, j’aurais aimé pouvoir rentrer dans le cerveau d’un tel génie, mais le gros point fort est l’incroyable performance d’Eddie Redmayne, il est absolument fabuleux, en plus d’être très attirant, dans le rôle d’Hawkin. Un film à voir.

Au fond des ténèbres

979-10-210-0064-3Je viens de finir un nouveau livre, il s’agit de « Au fond des ténèbres. Un bourreau parle : Franz Stangl, commandant de Treblinka » de Gitta Sereny dans la collection Texto aux éditions Tallandier. Ce livre relate les entretiens que l’auteur a eu avec Franz Stangl (1908-1971) durant son emprisonnement pour crime contre l’humanité et à travers ce récit, nous retrouvons la vie de Stangl et on essaye de comprendre comment un homme ordinaire a pu devenir la commandant de Treblinka, un camp d’extermination en Pologne. Franz Stangl nous trace sa vie, sa carrière, ses amours, et Gitta Sereny lui pose des questions, met en lumière ses égarements et ses mensonges, étayés de témoignages et de documents.

Alors, qui est Franz Stangl ? Simplement un homme ordinaire j’ai envie de dire, une enfance autrichienne banale, des études de tisserand, il est rapidement remarqué mais faute de grosses études, sa carrière ne décolle pas, puis il entre dans la police et se spécialise dans la lutte contre les activités anti-gouvernementales, notamment dans celle des nazis. Puis, à l’arrivée des nazis en 1938, il doit choisir son camp et se sera celui des nouveaux maitres de l’Autriche et enfin il est choisi pour intégrer le programme de l’Aktion T4 (programme d’euthanasie des malades mentaux et handicapés et parfois des opposants), l’un des programme les plus secret du reich (directement rattaché à la chancellerie d’Hitler), puis après la fin de l’Aktion T4, il intègre volontairement l’Aktion Reinhard (programme d’extermination systématique des juifs et roms en Pologne) en 1942 où il va retrouver beaucoup de ses collègues du T4.

Il fut donc le commandant de Sobibor dans un premier temps, puis celui de Treblinka jusqu’à la révolte de 1943 où les nazis décidèrent de liquider le camp. N’ayant jamais tué ou même frappé personne de ses mains, il fut le responsable rien qu’à Treblinka de la mort d’au moins 900000 juifs, selon lui, il avait un métier à faire il ne pouvait que s’efforcer de le faire le mieux qu’il pouvait (la défense d’Eichmann). On le suit après la guerre dans son évasion de prison, puis sa vie au sus de tous en Syrie et au Brésil pour finalement y être rattraper par Wiesenthal.

Ce livre montre très bien je trouve le fond des ténèbres, au comment un homme y est tombé sans s’en rendre compte. Le T4 a été comme une sorte de répétition générale de Reinhard, il a servi à former les hommes non seulement sur le plan pratique, mais surtout sur le plan psychologique, le T4 a servi à ce que les futurs responsables des camps d’extermination n’est plus aucun scrupules, comme si les valeurs avaient inversé, c’est la banalité du mal d’Arendt. Ce livre démonte bien le jeu psychologique qui a amené à révéler le pire de l’homme. D’après Stangl, une fois le doigt dans l’engrenage ils leurs fûrent impossible de faire marche arrière, mais cela n’est pas totalement vrai, Stangl aurait pu par exemple retrouver son poste de flic à Linz après le T4, mais l’ambition et la lâcheté ordinaire ont fait qu’il a poursuivi son chemin dans les ténèbres. Au final Franz Stangl apparait comme un homme ordinaire, à l’intelligence moyenne, aimant passionnément sa femme, bon père, mais qui n’a pas possédé de barrières morales assez importantes et de conscience des autres pour pouvoir comprendre et dire non. Il choisit librement sa voie, celle qui allait révéler ce qui avait de pire en lui. Son récit se rapproche je trouve de celui de Rudolf Hoess, commandant du camp d’Auschwitz.

Gitta Sereny nous raconte aussi autre chose que la vie de Stangl, elle nous raconte également la vie à Treblinka, des sonderkommandos, des autres kommandos de juifs qui triaient les vêtements et qui attendaient les convois pour pouvoir manger convenablement, bref, elle nous raconte l’horreur de Treblinka au travers du témoignage des quelques survivants. Elle nous parle aussi du rôle du pape Pie XII et de l’église durant la guerre et je dois dire qu’elle n’est pas tendre (à juste titre) avec le pape et la curie romaine. C’est donc un livre très intéressant sur l’histoire de Treblinka, sur Pie XII, mais surtout sur la psychologie d’un des rouages de l’extermination de plus de 6 millions de personnes, à lire.

Drôlement magique

telematin_portrait-choquetteCet après midi, nous sommes allés voir un spectacle de magie, Drôlement magique, avec Alain Choquette au théatre de la Gaité. C’est une magie de type close up, ce n’est pas vraiment un style que j’apprécie mais je dois dire que cette fois çi le spectacle est réussi. L’ensemble est drôle, très interactif et pourtant il n’y a rien de spectaculaire ou de tours compliqués (beaucoup de cartes et un peu de mentalisme), mais le tout est parfaitement exécuté et en osmose avec la salle car le public participe vraiment tout au long du spectacle, le tout dans une très bonne ambiance et avec beaucoup d’humour.

C’est donc un spectacle que je vous recommande même si comme moi vous n’aimez pas le close up, là c’est bien different de l’ennui que l’on peut voir à la télé. Petits bémols tout de même, j’aurais aimé que le spectacle soit un tout petit mieux soigné dans les accessoires et que le dernier numéro soit un peu plus spectaculaire, mais bon, on a passé un très bon moment avec Alain Choquette.

C’est fini !

Je viens de finir 3 animes en même temps, il s’agit de :

Donten-ni-Warau- Donten ni Warau, l’anime est sympa, mais un peu basique et répétitif tout de même, voir parfois agaçant, je ne le recommande donc pas même si les graphismes sont correctes, mais l’ensemble est un peu ennuyeux. Voici le synopsis : Ere Meiji, 1828. Alors que la culture occidentale commence à faire son entrée au pays du Soleil Levant, un édit du shogunat interdit le port du sabre et les samurais deviennent des hors-la-loi. Mais beaucoup sont mécontents de cette nouvelle loi ; par conséquent, le taux de criminalité augmente de façon exponentielle et les prisons se remplissent très rapidement. Soramaru est un membre de la famille Kumo, dont le rôle, avec ses deux frères, Tenka et Chutarou, est de conduire les criminels les plus dangereux dans une gigantesque geôle bâtie au milieu d’un lac. Soramaru rêve de surpasser Tenka, dont la puissance est connue dans toute la région. On suit leur combat contre les Orochi, des serpents maudits aux pouvoirs maléfiques, aux côtés d’autres clans prestigieux, comme la famille Abe, spécialisée dans l’exorcisme.

madan-no-ou-to-vanadis- Madan no Ō to Vanadis, l’anime se passe durant un moyenne improbable et j’ai donc fini la saison 1. C’est un anime assez basique d’un jeune héros qui se découvre et qui est entouré de femmes aux gros seins, bref, c’est une succession d’épisodes identiques, sans grand intérêt malheureusement, même si les graphismes sont jolis. On s’ennuie. Voici le synopsis : Situé dans l’Europe occidentale en temps de guerre, Eleanor ‘Ellen’ Vertalia, l’une des Vanadis de Zhcted, mène la bataille vers Brune. Il y a, en fait, sept Vanadis, nommés pour avoir chacun reçu une arme puissante du dragon pour régner individuellement sur sept territoires. Le pouvoir des Vanadis évoque la crainte et la peur de leurs ennemis. Un comte au service du pays de Brune, un jeune archer nommé Tigre, en a fait lui-même l’expérience après avoir été vaincu sur le champ de bataille par Ellen. Cependant, Ellen a choisi d’épargner sa vie après avoir vu ses talents, mais en échange, il doit la servir.

psycho_pass_season_2-610x350- Psycho-Pass 2, il s’agit de la seconde saison de ce formidable anime d’anticipation et cette saison ne nous déçoit pas. Enfin un anime digne d’intérêt, on suit toujours l’inspecteur Tsunemori dans une enquête palpitante, toujours un peu compliqué, sans doute un peu moins bonne que la première saison, mais cela reste un très bon anime, au scénario et aux graphismes soignés. C’est avec plaisir que je vous recommande cette anime sombre. Voici le synopsis : Dans un monde futuriste, le Japon est devenue une société proche de l’utopie où chaque citoyen est heureux et possède un travail en fonction de l’évaluation de ses capacités par le Système Sybille. Ce n’est pas la seule innovation apportée par Sybille : désormais, il est possible de quantifier le taux de criminalité d’une personne et donc d’arrêter les criminels avant qu’ils n’agissent. Pourtant, Akane Tsunemori, inspectrice à la Section d’Investigation Criminelle, est amenée à découvrir la véritable nature de ce système…

Franky armored

Voilà la nouvelle collection de One Pièce, Sailing again, dans sa version pop édition limitée. Il s’agit de franky, ingénieur naval et le charpentier de l’équipage de luffy qui a construit le successeur du Going Merry. Il s’est auto construit suite à un accident et son corps fonctionne au cola, oui du cola, je trouve cela très drôle, ce cola alimente les différentes fonctions bio-mécaniques de son corps. Et ce corps là est son nouveau corps dans sa version non armée, car le fabricant fournit toutes les pièces pour armer Franky avec lance roquette, boite à outils, mains lasers, canons, différentes têtes, etc…, ils ont fait un travail remarquable avec ce personnage, les finitions sont très bonnes et il y a un luxe de pièces pour la personnalisation, j’ai jamais vu ça avant, c’est sublime.

IMG_20141227_160953

Aucun de nous ne reviendra

image

Je viens de finir un nouveau livre il s’agit de Aucun de nous ne reviendra écrit par Charlotte Delbo aux Editions de Minuit. C’est un livre qui parle de l’expérience de Charlotte Delbo dans le camp de concentration d’Auschwitz en tant que déportée, il s’agit ici du tome 1 de Auschwitz et après. Son témoignage est vraiment très spécial car contrairement au livre de Primo Lévi son témoignage est vraiment sans fioritures mais écrit de manière vraiment très brutal, souvent prosaïque. Elle nous raconte des scènes se situant dans le camp ou pendant les travaux forcés, ces scènes sont d’une force inouïe, chacune comme un coup de poing à l’estomac, elles vous prennent aux tripes, vous ensorcellent, c’est vraiment un témoignage extrêmement poignant, vivant, c’est très difficile de le raconter, d’ailleurs je n’y arrive pas vraiment.

Son écriture est vraiment très forte, poignante, même poétique, elle laisse le lecteur seul avec les faits, c’est vraiment très intéressant, son témoignage est pour moi aussi fort que celui de Primo Lévi, c’est presque comme si nous étions spectateur de cet horreur. Je n’ai jamais rien lu de pareil, son récit a une force étonnante, obsédante. Sa lecture devrait être obligatoire, c’est un témoignage à valeur universelle et éducative. Qui peut encore oser douter après ça ? C’est un livre à lire absolument, c’est bouleversant.

Akame ga Kill !

36d4bc84537e3cdaba52af73ece3da83Je viens de finir un nouvel anime, Akame ga Kill et je dois dire que j’ai trouvé cela assez moyen. L’histoire commençait assez bien mais au fur et à mesure des 24 épisodes on s’aperçoit que les épisodes se ressemblent de plus en plus et qu’au final ce manga sonne tout de même assez vide. Malgré tout, cet anime arrive à se suivre avec un certain plaisir, les graphismes sont potables, les personnages, sans être trop développés, sont intéressants, reste juste l’histoire un peu trop répétitive, dommage.

Voici le synopsis : Tatsumi est un combattant qui part pour la Capitale à la recherche d’un moyen de gagner de l’argent pour aider son village pauvre. Après avoir été victime d’un vol par une femme et avoir perdu tout son argent, Tatsumi est pris en charge par une noble aristocrate du nom d’Aria. La nuit suivante, le manoir d’Aria est attaqué par un groupe d’assassins connu sous le nom de Night Raid. Alors que Tatsumi tente de défendre Aria de l’assassin Akame, un autre membre du groupe met fin au combat. Il révèle qu’Aria a enlevé plusieurs villageois et les a torturés pour son plaisir. Choqué en découvrant les villageois, y compris ses deux meilleurs amis, torturés, Tatsumi tue Aria. Après avoir vu le potentiel de Tatsumi, les Night Raid invitent le garçon dans leur groupe, et le préviennent que peu importe leur manière d’assassiner les corrompus, ils restent des assassins. Tatsumi accepte afin de devenir plus fort et de protéger son village. Dans leur lutte contre l’Empire, les Night Raid se défendent face à une organisation connue sous le nom de Jaegers menée par Esdeath, la combattante la plus puissante de l’Empire.